• AIDE MÉMOIRE

    Ce qui a lieu d'être
    Ne va pas sans dire

    Ce qu'on ne peut pas dire . . .
    Il faut l'écrire

    La partie donne sur le tout
    Qui donne la partie

    Savoir à quoi ça ressemble
    C'est notre savoir - non absolu

    Il faut de la semblance
    Pour faire de la contiguïté

    Le poème est des choses prochaines
    Qu'il faut aller chercher

    *

    La comparaison entretient l'incomparable
    La distinction des choses entre elles
    Poésie interdit l'identification
    Pour la douceur du comme rigoureuse
    Commun? Comme-un
    C'est tout comme
    Faire comme si
    C'était comme-un

    Poésie se prive pour être comme
    Comme un amant dévore sans dévorer
    Pour signifier la lettre de l'amour
    Ut musica ut pictura ut poiesis

    Contraint par corps grâce à la perte
    A vicarier les sens en sens
    Se privant de ce qui lui manque
    Le poème en confie le défaut à sa langue
    Pour que l'aveugle soit nommé le voyant

    *

    Nous ne nous en sortirons jamais
    C'est ce que je nous souhaite mais
    Pratiquer une issue de secours
    Pour s'en tirer sans s'en sortir
    Si tout a toujours échoué

    "Ne pas croire à la prison comme destin scellé
    Croire à une possibilité de libération
    Qui n'aurait pas de sens
    Si nous n'étions pas (comme) des prisonniers"

    *

    Chemin qui ne mène nulle part
    Sans issue est le sommet... more »

  • ALARM

    We invent the mastery
    Of the scale in which we disappear
    The essentially broken poetry
    Its rocket with bluegreen eyes in the night
    Disquiets this scale still
    - observer observing a centre
    believing it's a centre

    Glossary plays ecarte
    The fine approximations draw in
    Rip feigned rupture travails
    to offer itself to knocks it de
    Nominates it de
    Ceives de
    Viates the presentable
    exhorting itself:
    sir
    come
    vent:... more »

  • ALARME

    Nous inventons la maîtrsie
    De l'échelle où nous disparaissons
    L'essentiellement rompue la poésie
    Sa fusée aux yeux pers dans la nuit
    Inquiète cette échelle encore
    - observateur observant un centre
    en train de se prendre pour un centre

    Glossaire joué à l'écarté
    Les fines approximations rapprochent
    Fente rupture feinte il s'escrime
    Pour s'offrir aux coups il dé
    Nomme il dé
    Çoit dé
    Vie le présentable
    s'exhortant:
    dis
    con
    viens:... more »

  • BORD

    Pourquoi revient cette formule aimée
    "Au bord du monde encore une fois"
    Qu'est ce bord, qu'est ce ‘bord', être-au-bord
    La bordure chez Baudelaire et
    La terrasse des princes de Rimbaud
    Avec vue sur le monde et le tout comme
    Ayant passé par ici qui repassera par là... more »

  • C'est entre nous

    C'est entre nous
    L'air entre les mains salut
    Et la main entre les saluts
    Et le salut par intervalle
    Rien avec rien jouant à
    S'envoyer la belle apparition... more »

  • CONTE

    Un soir où nous avions mis une seule ceinture
    Tu me chuchotais un conte à l'oreille de neige
    Et me disais je suis émue
    Et nous avions enjambé déjà plusieurs grands intervalles
    Fait des arches d'absence plus grandes que celles d'Avignon
    Et sommes revenus à nous par des gués en crue... more »

  • EARTH

    You return. You leave the shore. You return to earth. The bitters quit the sea. Suddenly
    that half of the earth that was sea returns to earth - forest, fields, countryside. In turn this turns
    into ocean. You return to the world of the living as a disembarked Greek turned away from
    the infertile. Immensity becomes solid, harvester, green and gold, fordable. The clouds are
    useful. You push the bushes away from the edge, enter the wood, return to thickness - the
    inpenetrable. The oak wood sings.
    At the same time it is time, the double system each half is the whole, in
    un-division.
    That of Hölderlinian serenity: the forgetting of threat, vastness, durability, the forever
    of multiple mutual loving, the same spectacle as when the world makes a spectacle of itself,
    Leopardian leisure; when the meadows and waters, forests and flowers, clouds and snows
    assonate in the zeal of seasons.
    With this: repulsed, sensed, ulcerating, the funereal counter-current, the plot of destiny,
    affliction and disturbance, the conspiracy of loss, here are morition of relatives, contagion of
    ills, acerbic erosion, general calumny, abbreviation of life, encumbrance, earth past its date,
    extermination of the past, dying.... more »

  • EDGE

    Why this loved formula comes back
    "At the edge of the world once more"
    What is edge, what is ‘edge', being on edge
    The edge in Baudelaire and
    The princes' terrace in Rimbaud
    With a view of the world and all as if
    Come and come again... more »

  • Greater intimacy with the stars

    Greater intimacy with the stars
    And in the deeper sounded night
    In the night closer drawn the earth
    Emerges into the sun that enlarged star

    At the heart of night day
    Night of night knows
    A star more brilliant... more »

  • Intimité plus grande avec les astres

    Intimité plus grande avec les astres
    Et dans la nuit sondée plus profond
    Dans la nuit rapprochée la terre
    Débouche sur le soleil cette étoile agrandie

    Au cœur de la nuit le jour
    Nuit de la nuit connaît
    Une étoile plus brillante... more »

  • It is between us

    It is between us
    Air between the hands wave
    And the hand between waves
    And waving by intervals
    Nothing with nothing playing at
    Laying the fair apparition... more »

  • MEMO

    What should be
    Does not go without saying

    What cannot be said . . .
    Should be written

    The part leads to the whole
    Which yields the part

    Knowing what it's like
    Is our knowledge - non-absolute

    There must be semblance
    To achieve contiguity

    The poem is of things coming
    Which need to be fetched

    *

    Comparison maintains the incomparable
    The distinction of things between them
    Poetry forbids identification
    On the sweetness of like harsh
    Common? Come-on
    It's all come
    Come as if
    It were a come-on

    Poetry deprives itself to be-come
    As a lover devours without devouring
    To signify the letter of love
    Ut musica ut pictura ut poiesis

    Under bodily constraint due to loss
    To vicariate sense into sense
    Depriving itself of what's missing
    The poem entrusts its lack to language
    So the blind man may be known as the seer

    *

    We'll never get out of it
    That's what I wish for us but
    Open an emergency exit
    To get out without leaving
    If all has always failed

    "Do not believe in jail as a sealed destiny
    Believe in a possibility of liberation
    Which would have no meaning
    If we were not (like) prisoners"

    *

    A road goes nowhere
    No exit at the top... more »

  • PROSE

    Tu me manques mais maintenant
    Pas plus que ceux que je ne connais pas
    Je les invente criblant de tes faces
    La terre qui fut riche en mondes
    (Quand chaque roi guidait une île
    A l'estime de ses biens (cendre d'
    Oiseaux, manganèse et salamandre)
    Et que des naufragés fédéraient les bords)

    Maintenant tu me manques mais
    Comme ceux que je ne connais pas
    Dont j'imagine avec ton visage l'impatience
    J'ai jeté tes dents aux rêveries
    Je t'ai traité par-dessus l'épaule

    (Il y a des vestales qui reconduisent au Pacifique
    Son eau fume C'est après le départ des fidèles
    L'océan bave comme un mongol aux oreillers du lit
    Charogne en boule et poils au caniveau de sel
    Un éléphant blasphème Poséidon)

    Tu ne me manques pas plus que ceux
    Que je ne connais pas maintenant
    Orphique tu l'es devenu J'ai jeté
    Ton absence démembrée en plusieurs vals
    Tu m'as changé en hôte Je sais
    Ou j'invente... more »

  • PROSE

    I miss you but now
    No more than those I don't know
    I invent them scattering the faces of you
    Across the earth that was rich in worlds
    (When each king guided an island
    By guesswork of its goods (ash of
    Bird, manganese and salamander)
    And the shipwrecked federated the edges)

    Now I miss you but
    Like those I don't know
    Whose impatience I imagine with your face
    I have thrown your teeth to dreams
    I have treated you off-the-shoulder

    (There are vessels leading back to the Pacific
    Its water steams After the faithful have left
    The ocean slavers like a Mongol on the bed pillows
    Dead meat balled up and hair in the salt gutter
    An elephant blasphemies Poseidon)

    I don't miss you more than those
    I don't know now
    Orphic you became I threw
    You dismembered absence in several vales
    You changed me to host I know
    Or make it up... more »

  • QUI QUOI

    Il y a longtemps que tu n'existes pas
    Visage quelquefois célèbre et suffisant
    Comment je t'aime Je ne sais Depuis longtemps
    Je t'aime avec indifférence Je t'aime à haine
    Par omission par murmure par lâcheté
    Avec obstination Contre toute vraisemblance
    Je t'aime en te perdant pour perdre
    Ce moi qui refuse d'être des nôtres entraîné
    De poupe (ce balcon chantourné sur le sel)
    Ex-qui de dos traîné entre deux eaux
    Maintenant quoi
    Bouche punie
    Bouche punie cœur arpentant l'orbite
    Une question à tout frayant en vain le tiers... more »

  • TALE

    One evening as we were wearing a single belt
    You whispered a tale in my ear of snow
    And said I'm moved
    And we had already stridden over several wide intervals
    Made of arches of absence wider than those at Avignon
    And came back to ourselves by rising fords... more »

  • TERRE

    Tu rentres. Tu quittes le rivage. Tu retournes en terre. Les amers quittent la mer.
    Soudain cette moitié du monde qui était en mer redevient terre - forêts, champs, campagne. A
    son tour celle-ci devient l'océan. Tu reviens au monde des vivants comme un Grec débarqué
    tournait le dos à l'inféconde. L'immensité se fait solide, moissonneuse, verte et blonde,
    guéable. Les nuages sont utile. Tu écartes les buissons de la lisière, rentres dans le bois,
    retournes à l'épais - l'impénétrable. La forêt de chênes chante.
    En même temps c'est le temps, le double régime chaque moitié est le tout, dans
    l'indivsion.
    Celle de la sérénité hölderlinienne: l'oubli de la menace, le vaste, la pérennité, le pour-
    toujours du s'entr'aimer multiple, pareil au spectacle quand le monde se donne en spectacle,
    l'oisiveté léopardienne; c'est quand les champs et les eaux, les forêts et les fleurs, les nuages
    et les neiges assonent dans le zèle des saisons.
    Avec celle-ci: repoussé, pressenti, ulcérant, le contre-courant funèbre, le complot du
    destin, affliction et nuisance, la conspiration de la perte, voici la morition des proches, la
    contagion des maux, l'acerbe érosion, la calomnie générale, l'abréviation de la vie,
    l'encombre, la terre périmée, l'extermination du passé, le périr.... more »

  • WHO WHAT

    For a long time you have been nonexistent
    A face sometimes famous and sufficient unto itself
    How I love you I don't know For a long time
    I have loved you with indifference I love you to hatred
    By omission by murmur out of cowardice
    Obstinately Against all probability
    I love you losing you to lose
    I who refuse to be ours dragged
    From stern (a balcony jig-sawed on salt)
    Ex-who dragged backwards between two waters
    Now what
    Mouth punished
    Mouth punished heart pacing the orbit
    A question to all vainly opening up third party... more »