Dimanche

Entre les rangées d'arbres de l'avenue des Gobelins
Une statue de marbre me conduit par la main
Aujourd'hui c'est dimanche les cinémas sont pleins
Les oiseaux dans les branches regardent les humains
Et la statue m'embrasse mais personne ne nous voit
Sauf un enfant aveugle qui nous montre du doigt.

by Jacques Prevert

Comments (2)

You might have got a French speaker rather than an illiterate computer to read this poem. Go on. You know it makes sense.
What a jewel! Thanks for choosing!