Osiris Ou La Fuite En Égypte

C'est la guerre c'est l'été
Déjà l'été encore la guerre
Et la ville isolée désolée
Sourit sourit encore
Sourit sourit quand même
De son doux regard d'été
Sourit doucement à ceux qui s'aiment
C'est la guerre c'est l'été
Un homme avec une femme
Marchent dans un musée désert
Ce musée c'est le Louvre
Cette ville c'est Paris
Et la fraicheur du monde
Est là tout endormie
Un gardien se réveille en entendant les pas
Appuie sur un bouton et retombe dans son rêve
Cependant qu'apparaît dans sa niche de pierre
La merveille de l'Égypte debout dans sa lumière
La statue d'Osiris vivante dans le bois mort
Vivante à faire mourir une nouvelle fois de plus
Toutes les idoles mortes des églises de Paris
Et les amants s'embrassent
Osiris les marie
Et puis rentre dans l'ombre
De sa vivante nuit.

by Jacques Prevert

Comments (6)

I loved this expression....10
A very well written piece Farah, beauty is in the eye of the beholder and is indeed skin deep, Lynda xx
hi farah, i loved your works.tell your family that i loved your writes.keep on producing farah.
I recommend this as well but it was not as focused as the other. I thought there would be a memorable repetition but there wasn't. This makes it less memorable and more subject to forgetfulness. That is a real factor on philosophy. GW62
Farah, this poem took my breath away! It is my favourite so far my dear child! I am so proud of you! We are all missing you so much here! We are sitting in the kitchen, reading your poems. Your father is here, so be careful what you post! Ha ha! Mum, Imran, Reena, Hina and Abu loved them all so far! Take care and keep posting, I promise to read them all God willing. Peace and Love, Aisha xxx
See More